Translate

2019/07/19

A vendre...

 Une maison des XIIe-XIVe, restée pratiquement dans son jus et classée au titre des monuments historiques.

 Elle est grande, sur trois niveaux, avec de beaux volumes et belles fenêtres (géminées et à meneaux).
 Et même des restes de fresques.
Le prix est très raisonnable.
Malheureusement, elle est si enclavée dans son quartier, sans même un accès à elle, qu'on a l'impression, sans doute justifiée, de ne rien pouvoir en faire.
Les fenêtres donnent sur les murs de l'autre côté d'une ruelle très étroite.

Même des travaux seraient difficiles, pour acheminer les matériaux et les ouvriers.

La maison de la Belle au Bois Dormant, en somme...

Campement préhistorique...

 Pour les enfants, près de Bruniquel...

2019/06/19

Jardin médiéval juin

Photos NG. La bourrache déborde de son carré...


Lys de la Madone.

2019/06/18

Saison des férules


 Aussi bien ici...
Pour l'échelle, la tige fait probablement plus de trois mètres...

 Que ce week-end près de Ganges (Hérault).
On peut voir que la férule (Ferula communis) est une plante difficile à photographier, pour moi en tous cas.
 Week-end d'initiation à la typographie, avec ao ; j'en ai profité pour faire de la propagande occitano-féministe (en haut). A diffusion restreinte, rassurez-vous...


2019/06/07

Carnets & aquarelle


 Encore des lys des Pyrénées.
Avec une amie, on a fait de véritables aquarelles botaniques in situ, sans couper les fleurs bien sûr, et sur terrain en pente !
Et voici un portrait de mon jardin quand il était encore naturel et "sauvage".

Je suis heureuse que N. ait fait cette belle aquarelle de ce moment (forcément) éphémère.

Depuis, l'herbe a été tondue et le jeune homme qui doit venir m'aider au jardin est déjà passé deux fois ; il est très gentil, mais avec sa débroussailleuse j'ai l'impression qu'il pratique la méthode Attila. Tout ce qui faisait moins de 50 cm y est passé, quelques cistes, deux rosiers, les petits Poncirus trifoliata, y compris quelques autres arbustes et tuteurs.
On verra bien si les jeunes rosiers, heureusement botaniques, sont capables de repartir du pied...

Enfin, "ça fait propre", ça le fera plutôt quand j'aurai fini de ramasser les herbes. Et les plantes restantes auront un meilleur accès à la lumière.
 Je me demande si notre rêve, en France, ce n'est pas  quand même un peu le jardin à la française...


2019/06/05

Expos



En deux jours, quel épouvantable bilan carbone, le village de Carennac (sur la Dordogne, au nord du département du Lot) pour voir avec des amis une expo d'un peintre que je ne connaissais pas, Gilles Sacksick.

 Puis, avant-dernier jour, il était temps,  pour l'expo Malbreil et l'Espagne au musée Goya de Castres (Tarn).
Pour les photos, j'ai retenu quelques gravures, retouchées ou pas à la peinture à l'huile.
Bonne nouvelle : les buis du  jardin à la française (dessiné par Le Nôtre, quand même !) se portent plutôt bien !


2019/05/24

Des roses botaniques


Trois sortes de roses du jardin en pleine floraison en ce moment ;
-R. Gallica officinalis ou rose de Provins ou rose de France, fleur simple, rose indien
- une autre rose gallique, 'La Belle Sultane', fleur simple, rouge foncé
- Rosa centifolia, à "cent pétales", rose vif,
Les trois sont anciennes, et même historiques, très faciles à cultiver (n'importe quel terrain, pas d'arrosage) et très parfumées. On se servait de la rose de Provins en pharmacie, et on en fait toujours des confitures de rose.
Elles drageonnent et comme leur pied s'étend, on peut facilement en donner aux amis.
L'inconvénient, c'est qu'elles ne fleurissent qu'une fois et qu'en dehors de la période de floraison, il n'y a pas grand chose à voir : Rosa gallica est très basse, chez moi guère plus de 50 cm !

Le rosier de Damas que j'ai planté cette année, lui, est encore trop petit pour fleurir, l'an prochain j'espère... Aussi parfumé, mais plus haut...

Ici, on aperçoit sa masse (en haut) dans le petit jardin médiéval du village.
Au moment de la photo, les buis des bordures (qui ne vont pas si mal) n'avaient pas encore été taillés.